En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Actualités du collège

Résultats de la tombola (4 années de projets solidaires avec le Sénégal !)

Par Ghislaine Bibes-Porcher, publié le lundi 7 juin 2021 14:55 - Mis à jour le lundi 7 juin 2021 15:07
main dans la main.jpg
Depuis 4 ans déjà, des élèves fortement impliqués, encadrés cette année par Mme AFONSO-COLONGE, professeur de français, et Chloé BOUILLON, service civique, œuvrent aux cotés de l’association Main dans la main avec l’Afrique.

Main dans la main avec l'Afrique est constituée de bénévoles qui réalisent des projets d’adduction d’eau dans les régions les plus reculées du Sénégal, là ou aucun réseau ne passe.

En effet, pour obtenir de l’eau potable, tout le monde n’est pas à égalité : pour nous, il suffit d’ouvrir le robinet. C’est un geste banal. Comme il est banal de prendre une douche, remplir une carafe, ou mettre ses vêtements à laver à la machine.

Pour les enfants sénégalais, c’est une tout autre réalité : l’eau c’est précieux, c’est rare, c’est loin, et surtout c’est vital.

Chaque jour, ils sont contraints de puiser l’eau dans des puits très profonds, loin de leur lieu d’habitation, après une longue marche sous le soleil écrasant, le seau ou la bassine sur la tête.

Le manque d’eau a également de graves conséquences sur leur scolarité. Les enfants (souvent les filles), chargés des corvées d’eau, doivent parcourir de longues distances à la recherche d’un point d’eau potable et n’ont pas le temps d’aller à l’école.

Ceux qui accomplissent ces corvées préfèreraient avoir le privilège d’aller à l’école, apprendre à lire, écrire et peut-être avoir un meilleur avenir.

Boire, faire cuire le repas, se laver, laver les vêtements, effacer le tableau (car sans eau c’est quasiment impossible), avoir du bétail, cultiver la terre, ça nécessite de l’eau et c’est chaque jour difficile, lourd, fatiguant, voire parfois dangereux.

En Afrique, la mauvaise qualité de l'eau serait ainsi responsable de 70 à 80 % des maladies sur le continent, comme le choléra – qui constituent l'une des principales causes de la mortalité infantile. Dans cette région, 1 enfant sur deux meurt avant d’atteindre 1 an, 7 sur 10 avant 2 ans.

Dans les zones rurales, les femmes et les enfants consacrent encore en moyenne deux à quatre heures par jour à la corvée d'eau, les points d'approvisionnement étant parfois très éloignés des villages.

Depuis 2017, à l’initiative d’Axel et Guillaume deux collégiens devenus depuis lycéens, diverses actions ont été réalisées afin de collecter des fonds et aider les populations à accéder à ce bien précieux

En 2018, grâce aux différentes actions et aux dons divers, l’initiative de nos collégiens est devenue très concrète :  ainsi le collège de DINGUIRAYE qui n’avait pas d’eau courante a pu être raccordé au réseau d’eau que l’association Main dans la main avec l’Afrique avait installé à proximité.

Depuis, il y a 2 toilettes et 3 robinets au collège. Cela n’a l’air de rien mais c’est une nouvelle vie pour les élèves… Plus de corvée d’eau, ils peuvent boire, effacer le tableau, ils ont planté des arbres dont chacun porte le nom d’un élève lequel est responsable de son arrosage, qui leur apporteront bientôt de l’ombre, ont réalisé un potager…

Ces 3 dernières années, encouragés par ce premier succès, les élèves du collège Daniel Sorano ont encore multiplié les initiatives.

Grâce à quoi, d’autres réalisations concrètes verront bientôt le jour : de nouveaux établissements scolaires seront ainsi prochainement raccordés au réseau d’eau dans la province de Touba Mboul situé  à l’ouest du Sénégal.

Merci à tous ceux qui, au fil des ans, se sont associés à cette belle action !

 

Pièces jointes

À télécharger

 / 1